La cartographie des services financiers au Sénégal maintenant en ligne pour plus d’inclusion

  02 Mai 2016 08:05

Dakar, SÉNÉGAL – Pourquoi un jeune agriculteur vivant à M’backé aurait-il besoin de services financiers de proximités ? Donner accès à ce jeune agriculteur en zone rurale à des services financiers appropriés et de proximité comme ceux accessibles aux populations vivant en zone urbaine, pourrait améliorer ses conditions de vie. En effet, l’inclusion financière peut être source de transformations, car elle donne aux populations pauvres la possibilité de faire des transactions financières en toute sécurité. Ainsi, ils peuvent épargner et emprunter pour investir dans des services de base comme la santé et l’éducation ou faire de l’entreprenariat.

Pour créer les conditions en faveur d’une meilleure inclusion financière au Sénégal, il est important pour les acteurs financiers et non financiers d’avoir une bonne connaissance du paysage financier sénégalais et des nouvelles opportunités qu’offre la finance digitale.

Un outil d’aide à la décision

Le programme de l’UNCDF (United Nations Capital Development Fund) Mobile Money for the Poor (MM4P) au Sénégal en partenariat avec The MasterCard Foundation a mis en place un tableau de bord interactif sur la plateforme FINclusion Lab avec le cabinet MIX. Public et accessible en ligne, ce tableau de bord cartographie l’accès aux services financiers à travers le Sénégal (banques, institutions de microfinance, agents mobile money,..) aux niveaux national, départemental et communal. « Cet outil donne la possibilité aux décideurs politiques, aux régulateurs et aux prestataires de services financiers d’identifier et de s’intéresser à des zones plus ou moins saturées. » souligne Felipe Martin, Analyste Afrique à MIX, présentant les résultats de l’étude sur la cartographie des points de services financiers présents au Sénégal ce mercredi 27 avril 2016 à Dakar.

4,3 millions de sénégalais dans les communes rurales vivent sans accès aux institutions de microfinance

Cette cartographie montre qu’au Sénégal, 4,3 millions de sénégalais vivent actuellement sans accès à la moindre institution de microfinance. En choisissant les indicateurs transport et démographie pour ce segment de la population, l’utilisateur de ce tableau de bord se rendra compte que le manque de routes et la faible densité de la population dans les zones rurales sont les principales raisons de cette présence limitée des institutions de microfinance. « Si une grande partie de ces individus pouvait avoir accès aux outils du mobile money, de service micro-crédit et de prêt, cela améliorerait sans doute de manière substantielle leur condition de vie» ajoute Felipe Martin.

Un potentiel sous-exploité

Bien que le Sénégal compte plus de 9 000 points d’accès aux services de mobile money, dont 83% gérés par les opérateurs de téléphonie mobiles, ceux–ci sont concentrés principalement à Dakar du fait d’une couverture réseau limitée dans les zones rurales, rendant ainsi difficile le développement et la maintenance de ces services. L’inclusion financière est loin d’être une réalité au Sénégal où il n’existe que 2 points d’accès pour 10 000 habitants dans un tiers des départements.

A Bambey, Nioro, Vélingara et M’backé, malgré une population rurale de plus de 200 000 habitants par département, ces zones ont encore un faible taux de pénétration des points d’accès aux services financiers et présentent des opportunités de développement pour les institutions de microfinance.

Sabine Mensah, Spécialiste Technique en Finance Digitale pour le programme MM4P, invite les acteurs du secteur, venus assister à la présentation de la plateforme FINclusion Lab, à s’approprier de cet outil « qui permet de faire une analyse approfondie de l’évolution du secteur, en tenant compte entre autres de la répartition de l’accès aux services, des zones d’exclusion et de la progression de l’inclusion financière ; de comprendre les écarts existants entre l’offre et la demande et d’identifier des opportunités pour promouvoir l’inclusion financière. »

Grâce à cette présentation sous forme de carte interactive, les acteurs peuvent voir les zones où le téléphone mobile a un fort taux de pénétration, ou l’environnement des affaires est favorable, comme au Nord du Sénégal, où l’activité économique est très dynamique du fait des échanges commerciaux avec les pays limitrophes et dispose d’une bonne couverture réseau.« Tous ces facteurs doivent pousser les opérateurs mobiles à se fixer des objectifs d’expansion afin de capter ce flux commercial et ces opportunités d’inclure le plus grand nombre dans le système financier» conclut Sabine Mensah.

Pour plus d’informations, contacter :

Aissatou Sall
Knowledge Manager MM4P Sénégal
(+221) 33 869 28 16/77 223 43 89
aissatou.sall@uncdf.org
http://www.uncdf.org/fr/mm4p

Nikhil Gehani
Marketing and Communications Manager
+1 248 388 1630
ngehani@themix.org
http://www.themix.org