La BCEAO note une amélioration de l’accès des populations aux services financiers

  Source: MS/te/APA   |     30 Nov 2018 09:11

APA-Dakar (Sénégal) Par Massamba Sall

Dans le cadre de la semaine de l’inclusion financière, initiée depuis lundi dernier par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), la directrice de l’inclusion financière de cet institut d’émission s’est félicitée, mercredi à Dakar, de l’amélioration de l’accès des populations de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) aux services financiers.

« L’analyse de la situation de l’inclusion financière, à partir des indicateurs d’accès, d’utilisation et d’accessibilité-prix, laisse apparaître, globalement, une amélioration de l’accès des populations aux services financiers, un accroissement de l’utilisation de ces services et une évolution contrastée des conditions de banque », a laissé entendre Mme Gisèle Kény Ndiaye, directrice de l’inclusion financière à la BCEAO.

Selon elle, le taux global de pénétration démographique (qui mesure le nombre de points de services pour 10.000 habitants) est ressorti à 35 points pour 10.000 adultes en 2017, contre 0,9 point en 2007.

Quant au taux global de pénétration géographique (qui exprime le nombre total de points de services financiers sur une superficie totale de 1000 km2), Mme Ndiaye a dit qu’il s’est établi à 70 points en 2017 contre 1,2 point en 2007.

Evoquant l’utilisation des services financiers dans l’espace UEMOA, la directrice de l’inclusion financière a soutenu que le taux de bancarisation strict (pourcentage de la population adulte détenant un compte dans les banques) est passé de 7,6% en 2007 à 17,2% dix ans plu tard.

Durant cette même période, le taux de bancarisation élargi (pourcentage des populations détenant un compte bancaire dans les banques et les institutions de microfinance) est passé de 16,7% à 36,2%. Ce pourcentage est beaucoup plus élevé dans le cadre du taux global d’utilisation des services financiers ou taux d’inclusion financière (cumul du taux de bancarisation élargi et du pourcentage de la population adulte titulaire d’un compte dans les établissements de monnaie électronique). Il est ressorti à 55,2% en 2017 contre 14,3% en 2007.

Concernant en revanche l’accessibilité-prix des services financiers dans l’UEMOA, elle a révélé des données contrastées des conditions de banque. « Le taux d’intérêt réel pratiqué par les banques sur les dépôts de la clientèle et le taux d’intérêt réel des crédits octroyés par ces mêmes établissements bancaires sont passés respectivement de 2,3% et 5,3% à 4,4% et 6,1% entre 2007 et 2017 », souligne Mme Ndiaye.

De l’analyse des trois indicateurs, elle en conclut que le secteur de la microfinance et les services financiers via la téléphonie mobile contribuent fortement au relèvement du taux d’inclusion financière dans l’UEMOA au cours de la dernière décennie.

« Cette situation permet d’entrevoir les efforts restant à fournir pour améliorer l’accès et l’utilisation effectifs des produits et services par les populations où une frange importante demeure encore exclue des services financiers de base tels que l’épargne, le crédit et l’assurance », a affirmé Gisèle Kény Ndiaye, directrice de l’inclusion financière à la BCEAO.

Source : MS/te/APA