Le MIX met l’accent sur les performances sociales dans le secteur de la microfinance

  Source: Microfinance Information Exchange (MIX)   |     25 Fév 2011 01:02
Des décisions axées sur un double niveau d’analyse

Grâce au soutien de la fondation Michael & Susan Dell et de la fondation Ford, l’organisation Microfinance Information Exchange (MIX), première source d’information sur les performances financières et sociales des IMF offre dorénavant à l’ensemble du secteur un accès simplifié aux informations liées aux performances sociales et financières des IMF. Sa mission consiste ainsi à améliorer la transparence de l’industrie de la microfinance et, pour ce faire, le MIX a à la fois pris des dispositions pour intégrer le reporting des performances sociales à celui déjà existant des performances financières, ainsi que pour faciliter l’accès à ces données.

« L’intégration des données de performances sociales aux données financières et opérationnelles des IMF reflète l’engagement du MIX dans l’amélioration du niveau de transparence, de responsabilité sociales et de bonnes pratiques des institutions de microfinance », affirme Geeta Goel, directrice du programme microfinance au sein de la fondation Michael & Susan Dell.
Désormais et pour la première fois le MIX Market permet de consulter les performances des IMF en intégrant les données de performances sociales. Ainsi, l’accès aux données de performances sociales est facilité et souligne l’importance de la gestion de celles-ci. Les pratiques sociales des IMF sont donc plus directement visibles et les visiteurs peuvent dorénavant facilement analyser les performances globales d’une institution à l’aide de ces indicateurs financiers et sociaux.

Frank DeGiovanni, directeur des investissements au sein de la fondation Ford explique : « Une grande quantité de données sur les performances financières et sociales des IMF se trouve maintenant à portée de main et les professionnels du secteur, tout comme les bailleurs, les investisseurs et les chercheurs devraient trouver ces informations très utiles pour évaluer les performances des IMF à la fois au niveau individuel et sectoriel. »

En outre et en collaboration avec le groupe de travail sur les performances sociales (Social Performance Task Force, SPTF), le MIX a revu la liste des indicateurs utilisés pour mesurer les performances sociales des IMF. Basés sur les commentaires fournis pendant 2 ans par l’ensemble des acteurs du secteur (IMF, réseaux, bailleurs et investisseurs), les 11 nouveaux indicateurs choisis aideront à simplifier le processus de reporting des performances sociales et permettront également l’évaluation comparative à grande échelle des performances sociales.

« Les données collectées auprès de plus de 400 IMF durant les deux dernières années ont déjà permis d’obtenir une vue approfondie des pratiques et des performances sociales des IMF au regard des indicateurs sociaux. Par exemple, les IMF considèrent de plus en plus la mise en œuvre de politiques de protection de la clientèle comme étant un aspect essentiel de leurs services. Cependant, ces types de politique doivent être améliorés au regard de l’augmentation excessive du nombre de prêts croisés relevée dans certaines sous-régions et qui a engendré de sérieux problèmes de surendettement et de dégradation de portefeuille », affirme Micol Pistelli, responsable du programme des performances sociales du MIX.

La gestion des performances sociales continue donc de se développer. Néanmoins, les efforts effectués par le MIX pour rendre compte de ces informations influencent déjà les opérations journalières de plusieurs institutions de microfinance.

Aujourd’hui, le secteur de la microfinance s’engage à adopter un comportement éthique et à faire des efforts pour mesurer plus précisément les performances sociales et, par conséquent, pour garantir une croissance saine et continue du secteur dans un contexte de besoin toujours croissant de services de microfinance.