Le secteur de la de la Microfinance a contribué pour 10,4% en 2017

  Source: SUDONLINE.SN   |     01 Mar 2018 08:03

Le Ministre de l’économie solidaire et de la microfinance, Aminata Angélique Manga, a effectué hier, mardi 27 février, une visite de travail à l’association professionnelle des services financiers décentralisés (Apsfd) dans le but d’apporter des solutions aux difficultés que connait le secteur. A cette occasion, elle a relevé que le secteur de la microfinance a contribué pour 10,4% du financement de l’économie nationale et a participé à hauteur de 3,7% au Pib en 2017

E n 2017, le secteur de la microfinance a contribué pour 10,4% au financement de l’économie nationale et a participé à hauteur de 3,7% du Pib. L’annonce est du Ministre de l’économie solidaire et de la microfinance Aminata Angélique Manga qui rendait visite hier, mardi 27 février, à l’association professionnelle des systèmes financiers décentralisés (Apsfd). A la fin de l’année 2016, poursuit-elle, au regard des indicateurs issus des statistiques produites par la Bceao, le Sé- négal est leader de la zone Uemoa avec 208 systèmes financiers décentralisés, plus de 2,5 millions de clients/membres, un encours d’épargne de plus de 285 milliards de francs Cfa, des crédits d’un montant de plus de 306 milliards de francs Cfa et un taux de pénétration de la microfinance de 18,4 % par rapport à la population totale.

Selon le Ministre, en dépit de ces performances, l’analyse-diagnostic réalisée lors de l’élaboration de la 3éme lettre de politique sectorielle de la microfinance, a permis d’identifier des contraintes ou fragilités dont la persistance pourrait entraver le développement du secteur. C’est pourquoi, dit-elle, l’Etat du Sénégal a adopté la stratégie sectorielle 2016-2020 pour permettre d’accroître les performances du secteur à travers des actions ciblées qui se retrouvent d’ailleurs pour l’essentiel dans le rapport final du forum des investisseurs de la micriofinance. Il s’agit, entre autres, de la poursuite du processus de mobilisation de ressources financières en vue de l’opérationnalisation du plan d’action prioritaire de la nouvelle lettre de politique sectorielle; de la mise en place d’un fonds national de la microfinance; de l’opérationnalisation du programme de promotion de la microfinance islamique (Promise) et de la promotion de la finance digitale par la relance du projet mobile banking