L’UNACOIS-Jappo réitère son engagement en faveur du développement économique

  Source: BHC/ESF, APS   |     18 Juil 2011 11:07

« Je réitère l’engagement de l’UNACOIS-Jappo à s’impliquer dans toutes les initiatives visant à développer le pays [et la] paix sociale », a affirmé Ousmane Sy Ndiaye, son secrétaire permanent, à l’ouverture d’une assemblée générale de renouvellement des instances de l’organisation.

L’UNACOIS-Jappo s’est « réunifiée » avec ses 180 bureaux répartis sur l’ensemble du territoire national, a-t-il dit de l’organisation dont il a appelé les membres à ‘’contribuer à faciliter la paix civile et la stabilité du pays ».

Ousmane Sy Ndiaye se félicite du bilan du bureau sortant de l’UNACOIS-Jappo. Le mandat de ce bureau s’est déroulé dans un environnement défavorable, a fait valoir son secrétaire général Mame Bouh Diop.
La conjoncture mondiale difficile, marquée depuis 2008, par les crises financière, alimentaire et énergétique, a coïncidé avec le mandat de ce bureau, a rappelé M. Diop.
Malgré cette conjoncture, a affirmé Mame Bouh Diop, l’UNACOIS-Jappo est parvenue à relever les défis, par la mise en place d’un fonds d’investissement, à la disposition de ses membres.

« Nous sommes les premières victimes des émeutes [de l’électricité] », qui ont vu saccager des biens publics et privés à Dakar surtout, le 27 juin dernier, a ajouté Ousmane Sy Ndiaye. ‘’Nous sommes attachés à la sécurité et à la paix civile’’, a-t-il souligné.

L’UNACOIS-Jappo a connu une scission depuis avril dernier, certains de ses membres ayant choisi de se faire diriger par l’opérateur économique et député à l’Assemblée nationale Ameth Fall Braya, après avoir exigé, sans succès, la tenue d’une assemblée générale de renouvellement du bureau de la structure.

Le ministre de la Famille et des Organisations féminines Aïda Mbodji et sa collègue en charge de l’Entrepreneuriat féminin et de la Microfinance Seynabou Ly Mbacké ont participé à l’ouverture de l’assemblée générale de l’UNACOIS-Jappo, aux côtés de personnalités politiques, du pouvoir et de l’opposition.

Des membres de la société civile, des chefs religieux, des ambassadeurs en poste à Dakar y ont aussi participé.