Un projet d’accès au système de paiement régional ambitionne de « régler le problème de l’intégration africaine »

  Source: AMN/BK - http://www.aps.sn/   |     24 Fév 2017 07:02

Dakar, 23 fév (APS) – Le Projet appui à la promotion de l’accès des institutions de microfinance au système de paiement régional, qui en est à sa phase pilote, devrait contribuer à « régler le problème de l’intégration en Afrique », a soutenu, jeudi, à Dakar, Eguida Kossi Robert de la Banque africaine de développement (BAD), institution à l’initiative dudit projet.

Ce projet doté d’un financement de 3,9 milliards de francs CFA, concerne huit pays de l’Union économique monétaire et économique ouest africaine (UEMOA), a dit Eguida Kossi Robert, chargé de programme-pays principal à la BAD, au cours d’une conférence de presse portant sur le lancement de cette initiative.

Il vise à régler « les problèmes de pauvreté en Afrique’’, par le biais du renforcement des capacités des systèmes financiers décentralisés (SFD), en vue de la mise en place de solutions et mécanismes permettant l’accès au système de paiement régional de l’UEMOA, a-t-il expliqué.

A terme, ce projet devrait impacter sur les couches vulnérables des pays concernés, surtout en ce qui concerne l’accès aux services de financement, estiment ses promoteurs.

L’amélioration de l’offre de services financiers et l’élargissement de la gamme de produits et de services financiers comptent parmi les objectifs du projet, d’après le spécialiste en chef de l’intégration régionale à la BAD, Grabiel Victorien Mougani.

Il s’agira, dans cette perspective, de renforcer les instituts de microfinance pour qu’elles soient en mesure d’avoir un impact jugé significatif sur la clientèle féminine en particulier.

La BAD et la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ont choisi d’impliquer au total 70 institutions de microfinance pour la conduite de la phase-pilote du projet, a indiqué M. Mougani.

« Ce projet nous permet de procéder à une combinaison harmonieuse entres les numériques et le système bancaire classique », a de son côté soutenu l’adjoint au directeur microfinance et inclusion financière de la BCEAO, Astou Lô Ndiaye.

Elle a insisté sur la nécessité de travailler avec l’ensemble des associations des sociétés financières décentralisées (SFD) pour l’atteinte des objectifs fixés.

Selon un document remis à la presse, ce projet devrait à terme permettre de faire passer le taux d’accès des populations aux services financiers de 16,6% en 2015 à 25% en 2019.