Selon une étude de la Bceao dans l’Uemoa : 13 millions de personnes ont accédé aux services financiers en fin mars

  Source: Abdou DIAW - LESOLEIL.SN   |     16 Juil 2014 09:07

D’après une étude de la Bceao sur le secteur de la microfinance dans l’espace de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa), le nombre de bénéficiaires des prestations des Systèmes financiers décentralisés (Sfd) est ressorti à 13,0 millions à fin mars 2014, contre 12,8 millions à fin décembre 2013. Quant aux dépôts collectés, ils sont évalués à 726 milliards de FCfa.

L’analyse des indicateurs d’intermédiation des Systèmes financiers décentralisés (Sfd) laisse apparaître une évolution relativement positive. En effet, selon la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), le nombre d’institutions de microfinance s’est établi à 774 et l’accès des populations aux services financiers offerts s’est élargi. Les bénéficiaires des prestations de ces institutions ont été estimés à 13,0 millions à fin mars 2014, contre 12,8 millions à fin décembre 2013. L’institution d’émission explique également que les dépôts collectés par un échantillon constitué de 124 Systèmes financiers décentralisés (Sfd) de l’Umoa, réalisant 90 % des transactions du secteur, se sont établis à 726,9 milliards de FCfa, contre 638,5 milliards une année auparavant, soit une hausse de 13,9 %. Par pays, les dépôts ont enregistré une hausse au Niger (+30,3 %), au Burkina (+21,1 %), en Côte-d’Ivoire (+19,3 %), au Bénin (+12,5 %), au Togo (+13,5 %) et au Sénégal (+10,6 %). Cependant, la Bceao note une baisse en Guinée-Bissau (-4,7 %) et au Mali (-2,7 %). Le montant moyen des dépôts par membre s’est établi à 92.976 FCfa au terme du mois de mars 2014, contre 90.883 FCfa un an plus tôt. S’agissant de l’encours des crédits octroyés par les Sfd de l’échantillon, il a progressé de 12,7 % par rapport à son niveau de fin mars 2013, pour ressortir à 647,6 milliards de FCfa à fin mars 2014. En détail, les hausses enregistrées ressortent à 55,9 % en Côte-d’Ivoire, 51,8 % en Guinée-Bissau, 32,2 % au Niger, 19,9 % au Burkina, 12,1 % au Bénin, 8,7 % au Togo et 3,3 % au Sénégal. A l’inverse, d’après la Banque centrale, une légère baisse a été notée au Mali (-0,4 %). L’encours moyen des prêts par membre a augmenté, ressortant à 82.837 FCfa à fin mars 2014, contre 81.789 FCfa à fin mars 2013.

Sur la base de l’évolution constatée à partir de l’échantillon retenu, l’encours des crédits de l’ensemble du secteur est estimé à 719,6 milliards de FCfa à fin mars de cette année, contre 638,4 milliards de FCfa à fin mars 2013, soit un accroissement de 12,7 %. Il représente 7,1 % des crédits accordés par les établissements de crédit de l’Union. Dans son étude, la Bceao s’est également intéressée aux Sfd en difficulté. Elle constate qu’à fin décembre 2013, dix institutions de microfinance demeuraient sous administration provisoire, dont trois au Mali, deux en Guinée-Bissau, deux au Togo, une au Bénin, une en Côte-d’Ivoire et une au Sénégal.